Polyvalence et auto-éducation

 

Fin 2010, je faisais ma toute première exposition solo. Incapable de parler de mon travail à cette époque j’avais demandé à 6 personnes d’écrire pour moi. De raconter mes photographies, comme ils le souhaitaient. Leurs mots avaient été imprimés et accrochés sur l’un des murs de la salle d’exposition.

 

Aujourd’hui je repense à ces quelques mots de l’ami Teru ☜ :

 

Et si être multiple ce n’était finalement pas si effrayant qu’annoncé ? Être seul et plusieurs, à la fois et en même temps. 
Ca ne mettra pas à l’aise les étiquettes, les casiers, les habitudes, les routines. C’est sûr. Ca va même peut-être faire enrouer le conservatisme, qui sait ? On ne sait pas toujours, finalement, ce que ça va donner. 

 

Fin 2010, je faisais ma toute première exposition solo, j’étais modèle, maquilleuse, et photographe. J’exposais 24 autoportraits et, avec du recul, j’avais dû batailler sévère pour faire accepter cette polyvalence.

« Tu dois choisir » et « tu ne peux pas tout faire« , je les ramassais à la pelle. J’ai dû bien me protéger les esgourdes et le bulbe pour tracer mon chemin !

 

Gif don't listening

 

L’autre jour, j’ai finalisé une commande. Et comme toute réalisation qui aboutit, qu’elle soit personnelle ou professionnelle, le bilan des étapes et des humeurs est presque toujours le même :

 

Avant

Du taf, trop cool ! (freelance repri’zent) On se projette déjà sur la liberté d’action d’après-taf, où on aura suffisamment de brouzoufs pour se permettre de plonger dans ses projets perso à méga balle.

 

Gif excited

Pendant

On a des idées par tonnes, on a envie de tester de nouveaux trucs, on s’imagine se plonger dans de la créa jour et nuit, on a hâte d’avoir à nouveau le temps, on pense qu’à ça et à tout ce qu’on va pouvoir faire une fois le travail de commande rendu. On est au taquet, on va tout défoncer !

 

Fif Kermit excited

Après

Motivation au sous-sol, fatigue sous tes yeux, cafard dans le caillou.
T’étais motivé, tu l’es plus. Tu fais tout sauf plonger le claquoir dans tes projets. Et puis tu dors. Parce que tes derniers jours de taf c’était 7/7 et parfois 14h/jour et que là le corps se rend bien compte que t’es plus sous pression et que tu peux te poser.

Et le plus doux, c’est ta tête qui carbure à la mouscaille. Tu te flagelles quelques temps avec tes envies de rien et ta confiance qui a cavalé aux abonnés absents. 

 

Gif Ben Affleck depressed

 

 

Mais si je repense aux mots de Teru ☜ aujourd’hui, avec ces étapes qui mènent inéluctablement à la remise en question, c’est parce que j’ai réalisé que j’ai fini par croire que la (ma) polyvalence c’était mauvais. J’ai fini par créer la petite case qu’on me demandait de choisir.

Et puis les passions qui deviennent professionnelles dirigent inexorablement les réflexions en plan de carrière et on finit par en perdre l’essentiel : la passion.

Alors je repense aux mots de Teru et à cette polyvalence. Je réalise qu’avant je faisais ce que je voulais s’en me soucier des retours.

Je réalise que le détachement est affaire d’auto-éducation.

J’ai envie à nouveau de faire d’autres choses en plus de la photographie et je dois ré-apprendre ce détachement.

Il y a quelques jours j’ai entendu Albert Dupontel dire que l’erreur la plus grande est de se renier soi-même.

Alors je vais tâcher de m’écouter davanatage, de faire ce que j’ai envie de faire, sans penser but mais en pensant réalisation, parce que comme je le disais déjà ici ☜, le chemin importe parfois plus que la destination.

Je vais tâcher de retrouver mon verbe ☜ !

 

Et vous, vous avez trouvé le vôtre ?

 

 

 

↓ Ça vous a plu ? Faites faire le tour du monde à cet article ! (rien que ça, oui)
↓ Vous pouvez aussi nous laisser un commentaire ! (ça nous fera grave plaisir)

 

20 réponses

  1. kimberley dit :

    Dans la vie il faut savoir s’écouter soi-même 🙂

  2. MomToadslife dit :

    Apprends a t’écouter, a te faire confiance. A prendre une pose s’il le faut pour te recentré sur toi même . Je t’envoie plein de bonnes ondes 🙂

  3. Je te souhaite de le trouver ton verbe. C’est bien que malgré ta timidité tu fasses quand même ces choses

  4. J’espère que tu vas retrouver ton mojo 😉 Moi ça va, c’est juste le fric qui me manque lol !!!! En tout cas, écoute-toi, parce que c’est comme ça que tu sera plus épanouie 🙂

    • Nadia dit :

      Il revient toujours ! Mais il faut profiter de ses vadrouilles pour faire des remises en question, c’est bon à prendre aussi !
      Rhaa les thunes ! J’ai de la chance en ce moment mais je connais ! Ça aussi ça varie heureusement 😀

  5. C’est une très belle réflexion ma belle! C’et vrai que ce n’est pas toujours évident d’aller à la rencontre de son vrai « moi », en toute bienveillance! C’est un travail de chaque seconde! Je te souhaite beaucoup de passion, que tu retrouves la flamme!! Gros bisous!

    • Nadia dit :

      C’est exactement ce que tu dis, c’est un travail de chaque seconde ! Les besoins et les envies évoluent et il faut savoir les écouter et aller en leur sens ! Merci Héloïse !

  6. Julie B. dit :

    La motivation ça va et ça vient, je pense que l’essentiel est de ne pas se perdre soi même et de penser à prendre du temps pour soi quoi qu’il arrive. L’équilibre vie pro et vie perso est dur à trouver mais c’est une priorité O:)
    Bon courage dans la recherche de ta flamme <3

    Bises !!

    • Nadia dit :

      Prendre du temps pour soi, voilà exactement le projet maintenant que ma commande est bouclée ! Faire ce que j’ai envie de faire, créer ce que j’ai envie de créer, tout simplement !
      Merci Julie !

  7. Elisa dit :

    J’ai beaucoup aimé ton article ! C’est vrai que j’ai tendance à vouloir être polyvalente et faire plein de choses, malgré les mises en garde des gens. Mais je pense qu’il faut se faire confiance et surtout faire sa propre expérience de la polyvalence. A un moment je me suis rendue compte que je ne pouvais pas y arriver, et j’ai fait un choix. Mais je préfère me dire que c’est quelque chose que j’ai moi même décidé de faire, plutôt qu’à cause du regard des autres. Trouver ce qu’on aime, être motivée, se renouveler et se remettre en question.. c’est assez dur de tout faire à la fois. Mais je pense que l’important c’est de s’écouter ! 🙂

    • Nadia dit :

      Merci Elisa !
      Tant que c’est consciemment choisi, tout va bien !
      Tu as raison, c’est dur de tout faire à la fois… Je me suis un peu posée depuis , j’ai beaucoup réfléchi et des questions clés d’amis m’ont permis d’avancer !
      Et bien sûr il faut toujours s’écouter mais c’est dur aussi de faire le tri entre les pensées qui viennent du coeur et celles qui viennent de la tête !

  8. Celine dit :

    Difficile au quotidien malheureusement. Mais cet article est bienvenu et rappelle de belles choses !

  9. J’ai adoré ton article qui comme tu l’imagines me parle aussi un peu 😉
    Je te souhaite de t’écouter a nouveau pour mettre en place tous tes projets même les plus fous et continuer à apprendre par l’expérience 🙂

  10. Marie dit :

    Whaou… Que de réflexion, de remise en question par ici je vois! Bienvenue au club! C’était très intéressant de lire tes mots. Pour ma part, j’écris un blog et je commence simplement à assumer que je fais QUE (TOUT) ça de ma vie 🙂 Et je le fais car je suis à Montréal (une ville qui s’y prête oui surement) mais aussi loin de ma famille et de mes amis. La possibilité de faire les choses que j’ai envie de faire sans jugement (positif ou négatif). Être moi même et aimer ma vie au quotidien c’Est ce que j’essaye de faire moi. Tu vas la retrouver la polyvalence, j’en suis certaine. Elle est pas loin! Moi, j’ai lu cette semaine que quand on est conscient des choses le plus gros est fait. Merci Marie pour cette pensée incroyable!! hahah!

    • Nadia dit :

      Alors pour savoir le temps et l’investissement que ça prend, je te retirerais bien le « que » ! (mais la phrase ne serait plus française haha !)
      Tu sais quoi, j’ai souri hier parce que j’ai réalisé que ma polyvalence était peut-être plus cachée que perdue… J’ai une de mes dernières séries dans un mag actuellement et quand j’ai vu la mise en page, dans les crédits, il y a « photographies : nadia wicker », alors que je suis aussi la modèle et que c’est moi qui ai fabriqué le stylisme. Du coup je regarde dans mes mails et je n’avais pas donné ces infos au mag, ça avait sans doute dû me gêner de dire là c’est moi et là c’est moi aussi et là aussi tiens !
      Je crois que je me suis vraiment calé dans la tête un truc con du genre c’est pas positif de montrer que tu bosses seule !

      Mais oui cette pensée est incroyable 😀 Elle est bien vraie ! Tant que la conscience n’est pas là tu risques pas de bouger alors que quand elle est là tout est possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *