La Prochaine Croisade

Que peut-on bien foutre perdu dans la steppe en plein été et pendant 1 mois ?

Voila une bonne question !

Avant de vouloir être photographe… en fait non, j’ai toujours voulu être photographe, mais en parallèle, j’ai fait des études qui m’ont permis d’avoir un regard neuf sur mes images : j’ai fait des études de bio-anthropologie.

C’est un univers assez singulier dont le but est d’essayer de comprendre les us et coutumes des civilisations passées en étudiant les sépultures ainsi que les pathologies qui touchaient les personnes présentes dans ces sépultures.

Cette année je repars pour la 3ème fois sur les bords de la rivière Tamir en Mongolie pour finir d’étudier une nécropole Xiongnu (II siècle ap JC) de 22 hectares.

En gros, ça se présente comme ça :

La Mongolie :

1 500 000  km2 et un climat hyper continental (très chaud l’été et très froid l’hiver)

Nous :

  • à  2h de camion du village le plus proche qui s’appelle Battsengel, il n’y a ni le web, ni le téléphone et il est clair qu’il vaut mieux ne pas avoir un pépin…

Mongolie

  • 7 Français (archéologues, anthropologue/historienne,  photographe, médecin, étudiant en médecine…)
  • 4 scientifiques Mongoles (anthropologues, archéologues, historiens…)

Mongolie

  • une cuisinière TROP gentille (son petit nom c’est Saruul Naranjargal… ou Saruul [ ça roule ])

Ce sourire est présent sur son visage tous les jours !

  • 20 étudiants mongoles qui creusent beaucoup, beaucoup…

Mongolie

  • 4 yourtes, 2 tentes géantes (1 tente pour manger, 1 servant de Labo), 10 tentes pour pioncer

MongolieVue de notre campement du haut de la nécropole

  • 1 voisin tous les 5km
  • 1 rivière en guise de robinet et de douche, et pour les chiottes… beh y’en a pas ou alors ils sont immenses…
  • 1 tonne de bestioles en tout genre : troupeaux de chevaux, petits crotales bien énervés qui se planquent sous les pierres et les chaussures, aigles, yaks, chameaux…

Après cette photo, ce petit crotale s’est fait la malle dans le laboratoire… Bonne ambiance !

Bref, on ne s’ennuie pas !

Mongolie

 

Alors, alors…

Pourquoi aller remuer tout ça ?

En Sibérie, par exemple, quand nous y allions, l’intérêt était de faire des prélèvements sur des momies gelées (j’y reviendrai un jour dessus…) afin de pouvoir retracer des profils génétiques et essayer de comprendre les migrations des populations.

L’intérêt était aussi de pouvoir faire des analyses et découvrir certaines pathologies actuelles à l’état primitif.

Je m’explique (Docteur confiture va vous l’étaler sur sa tartine) :

En gros, si on trouve un virus dans sa forme originelle très ancienne (1000 ans, 500 ans) et qu’actuellement on en possède sa forme évoluée/mutée, eh bien, comme il y a beaucoup de similitudes entre tous les virus, on peut essayer de comprendre l’évolution d’un virus sur une échelle de temps bien plus grande qu’une seule vie humaine ! Donc on peut créer des vaccins anticipant tout ça 🙂

Pour ceux qui flippent, quand on ouvre une sépulture avec un virus il n’est pas actif et ne se réactive pas au contact de l’air chaud, nous ne nous transformons pas en Zombies. Et si on met un masque de protection c’est pour 2 choses :

  1. Quand c’est une momie gelée et qu’on la décongèle, c’est très dur comme conditions (et là, oui, on peut choper une bactérie ou un staphylocoque qui apparaissent très vite avec la décongélation…)
  2. Si on tousse sur la momie, et que l’on fait un test ADN, et bien il se peut que l’on trouve des origines génétiques françaises plutôt douteuses….

Pour la Mongolie, c‘est un peu différent : c’est tout sec, que de l’os et quelques objets si les tombes n’ont pas été pillées… Eh oui, chez les bouddhistes l’âme s’en va et donc après c’est vite fait d’aller visiter tout ça pour récupérer un peu d’or s’il y en a… 😀

L’idée de ce programme de recherche est d’étudier une population dite « rurale » de la période Xiongnu, car peu de recherches ont été faites sur ce sujet, ce qui permettrait de définir leur position sociale dans la Mongolie antique et aussi d’étudier les pathologies qui touchaient ces peuples (et qui parfois touchent encore les peuplades actuelles).

Je vous mets quelques images faites en 2015 lors des précédentes fouilles pour vous montrer un peu à quoi ça ressemble.

Vue d’en haut une tombe ressemble à ça : un GROS et GRAND cercle de pierres…

Et puis quand on commence à creuser, au bout de quelques mètres on trouve un coffre. Pas un coffre fort mais un grand coffre contenant un autre coffre (ou cercueil) avec des offrandes, des outils…

Mais parfois, il n’y a plus rien du tout… Tout a été pillé avant notre arrivée…
Et parfois, il y a des gens… (Pour ceux qui veulent des détails je vous expliquerai pourquoi la tête est au niveau du torse…. rien de satanique derrière tout ça, juste des rites)

Je vous mets une reconstitution de tombe faite pour le rapport final, ça permet d’y voir un peu plus clair dans tout ça !

Tout ça c’est incroyable à vivre.

C’est incroyable de refaire vivre une histoire et de partager ces moments avec les gens…

Mongolie

 

Cette année on finit la Nécropole de Tamir et maintenant, en y repensant, je me dis que chaque année, je reviens dans un état d’épuisement maximal et que, comme à chaque fois, je me demande à un moment comment j’ai pu me perdre là…

Et puis… d’un coup, en regardant les images, les réponses viennent d’elles-mêmes.

Ps : Je ne vous ferai pas le guide du meilleur resto de la steppe ou le meilleur plan hôtel… y’a rien là-bas 😀


 

 


↓ Ça vous a plu ? Faites faire le tour du monde à cet article ! (rien que ça, oui)
↓ Vous pouvez aussi nous laisser un commentaire ! (ça nous fera grave plaisir)

Vous aimerez aussi...

29 réponses

  1. Wahou ! Tu nous as vendu du rêve avec ton article !
    Entre les photos et tes explications, on a vraiment envie de te suivre ! Décidément j’en apprend toujours à la lecture de tes articles !
    Mais du coup je suis septique: pourquoi ce crane au niveau du torse ?
    Et surtout pourquoi la mâchoire inférieure est détachée ???

    • Nicolas dit :

      Bien vu!!! Alors il faut tout remonter à l’envers 🙂
      Tout le corps était en place (donc décomposition in situ et dans les vêtements) sauf la tête et il y avait des offrandes. Donc la tombe n’a pas été pillée.
      Donc quelqu’un à arraché la tête… mais en fait non il ne l’a pas arraché mais déplacé. si elle avait été arrachée la mandibule serait venue et il y aurait des vertèbres partout car oui tu as bien vu que la mandibule est presque à sa place. ça veut dire que la personne à été enterrée, puis au bout d’un certain temps (jusqu’à ce que le corps soit à l’état squelettique) la tombe à été ré-ouverte et on à déplacé la tête. On peut en déduire que c’est une rites funéraires qui se déroule en 2 temps. Un premier enterrement et une réouverture afin d’intervenir sur la personne à nouveau. Pour quoi ce rite, c’est encore la question mais ce que l’on sait ce n’est pas une profanation/pillage. cela peut avoir un lien avec la culture Turque qui séparait les têtes, ou un rite bouddhiste visant à ré-ouvrir une tombe afin d’y re-déposer des offrandes… il reste encore beaucoup de mystères 😀

  2. Elisa dit :

    C’est tellement intéressant comme article ! J’ai fait des études d’histoire et parfois on fait un peu d’anthropologie, c’est vraiment hyper enrichissant. J’aimerais beaucoup avoir la chance de partir dans un endroit perdu comme ça pour étudier ou juste voyager. Merci ! 🙂

    • Nicolas dit :

      Merci à toi pour le gentil commentaire!! c’est assez facile de voyager là bas, les gens sont accueillants et ça s’ouvre de plus en plus au tourisme. C’est un beau pays! 🙂

  3. Merci beaucoup de nous en avoir appris plus sur ton métier Nicolas 😀 C’est vraiment passionnant! Plus jeune, j’ai eu une période où je rêvais de devenir archéologue pour découvrir les tombes des momies, essayer de deviner quelle pouvait être leur vie à l’époque. Ca doit être fort en émotions de découvrir ces tombes et leurs souvenirs!!

    • Nicolas dit :

      C’est incroyable et en même temps on oscille entre le fais de devoir ouvrir une tombe pour faire son travail et le fait que notre esprit nous indique que l’on brave un interdit… Alors il vaut mieux être en accord avec soi-même, pour respecter ces personnes qui reposent depuis longtemps dans leur demeure. mais ça dégage bcp de sérénité….

  4. Alice dit :

    Ca me fait tellement rêver, cet article… Je trouve ces travaux de recherche fascinants, je regrette souvent de ne pas avoir fait de la biologie pour avoir de telles opportunités. J’ai hâte d’en lire plus à ce sujet, bon courage pour ce mois difficile mais qui doit aussi être vraiment incroyable !

    • Nicolas dit :

      Le plus dur c’est le trajet jusqu’au campement, apres tout doit rouler le plus simplement du monde ( il faut surtout faire attentions aux étudiants qui travaillent d’arrache pied) mais je ferais un petit récap a mon retour avec photos à l’appuie 😉

  5. Louise dit :

    C’est vraiment magnifique. Ces pays un peu (beaucoup perdus m’attirent beaucoup pour complètement se déconnecter et vivre une expérience.

    • Nicolas dit :

      Il faut que tu y ailles! c’est vraiment à part, je n’ai jamais vu autant d’entendues de terre… Jusqu’à ce que le regard se perde.. C’est vraiment beau!

  6. Yasmine dit :

    J’étais captivée tout au long de la lecture. Impressionnant. Tes photos sont très belles et illustre vraiment ton récit. On a l’impression d’y être. Et chose importante moi qui n’y connais rien,j’ai compris ☺️

    • Nicolas dit :

      Merci Yasmine!!
      Si ce que j’ai voulut expliqué est clair, c’est cool car je ne sais jamais par quel bout le prendre (mais Nadia m’a bcp aidé car elle a assez de recul pour pouvoir reformuler les choses) merci merci!

  7. Dominique dit :

    Bravo pour cet article qui nous fait voyager mais pas seulement !
    Ce boulot a l’air vraiment passionnant .
    Et bravo aussi pour les photos, c’est un beau reportage photo.

  8. tiffany dit :

    Wahou ! Super intéressant cet article, j’ai pu voyager à ravers les lignes ! Les photos sont toujours aussi belles.

  9. Izzie d'Or dit :

    Rho le kiffe !
    Grande passionnée d’anthopo, de géo, … je ne peux qu’adorer ce genre d’article. J’imagine la joie de la rencontre avec le crotale, d’ailleurs je pensais que ça ne vivait pas ici 🙂

    En tout cas, bonnes recherches !!

  10. Vaness dit :

    Wouaouh… Merci Nico pour ce bel article. Et bon voyage !!

  11. Emma dit :

    Les photos sont magnifiques ! Super article 🙂

  12. Jade dit :

    Hiii ! C’est vraiment un article trop trop cool, ça doit être une expérience incroyable d’aller dire bonjour à des momies en mongolie. J’espère que tu as une description Linkedin de toute beauté pour fitter avec cette activité 😀

    • Nicolas dit :

      C’est trop top! Et bien il faudrait que je m’occupe de mon Linkedin… je vais essayer de m’y mettre! En tout cas merci pour ton commentaire! C’est trop cool !!

  1. 16 juillet 2017

    […] Monkeydose. Mongolie: la prochaine croisade […]

  2. 4 août 2017

    […] début de mon séjour en Mongolie ☜ une famille de nomades est arrivée au camp pour rencontrer notre médecin en charge de la […]

  3. 2 novembre 2017

    […]  ☞ La prochaine croisade : le premier article, quelques jours avant le départ, pour expliquer la mission anthropologique ! […]

  4. 30 novembre 2017

    […]  ☞ La prochaine croisade : le premier article, quelques jours avant le départ, pour expliquer la mission anthropologique ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *