Et tu fais quoi ?

Là-haut, Monkey Dose te dit que dans la vraie vie je suis photographe et maquilleuse.

Je n’aime plus trop avancer la seconde partie parce que ce n’est plus mon travail mais je ressens encore le besoin de le mentionner pour créditer mes images.

Sur beaucoup d’entre elles, sans le maquillage, la photo ne pourrait simplement pas exister, alors ça me tient à coeur de préciser que je suis derrière les deux réalisations et que l’existence de ma photo ne tient pas à la technique de quelqu’un d’autre.

Point de départ

Quand mon dossier a été accepté dans l’école de maquillage où je postulais, mes yeux brillaient tellement que mon frère a fait graver le mot étincelle sur une chaînette pour que je n’oublie jamais cet instant.

2002, me voilà de retour dans une salle de classe. À cette différence près, qu’à école choisie, rentrée joyeuse.

Gif freaking excited

J’ai eu la chance d’intégrer une formation qui nous faisait toucher à tout, pour se garantir du chemin qu’on souhaitait prendre. J’ai tâté le maquillage mode, le maquillage cinéma, le maquillage télé, le bodypainting, la coiffure, la fabrication de perruques… c’était la foire tous les jours !

Mais j’avais une envie bien précise : m’essayer aux effets spéciaux (fx) puis me spécialiser. Grand bien m’a pris (1934) de ne pas avoir attaqué par une école uniquement fx parce que j’ai retourné ma veste dès les premiers cours !

Je pensais Gremlins, Jurassic Park, Alien. L’intervenant fx pensait morgue, accidents, maladies.

Dans mon monde, je n’avais pas pensé qu’on ne m’expédierait pas direct sur un plateau avec Spielberg. Ni qu’on me demanderait peut-être de faire autre chose que des remake dinos et mogwaï.

On me demanderait peut-être des amputations, des morts, des maladies de peaux, des malformations. Mais comment faire un mort si on a jamais vu de cadavre ? Comment faire croire à des maladies de peaux si on ne les a jamais étudiées ?

Et alors ?

Bim ! On nous conseillait des virées dans les morgues, des haltes sur les bords d’autoroutes, des livres de chevet médicaux.

Gif screaming and schoked

Parce qu’il fallait apprendre de la vraie vie pour savoir la maquiller. Ce qui sonne bien logique en l’écrivant mais ça ne m’avait pas traversé le caillou à l’époque.

Et comme je me voyais mal me coltiner tout cet élan de douceur et de positivité au quotidien, j’ai choisi le camp ennemi : la mode/beauté !

Je vais tenter de vous la faire courte, après mon diplôme j’ai été maquilleuse studio pendant une dizaine d’années, en vivant un coup à Strasbourg, d’où je suis originaire, deux coups à Paris, un coup à Seichamps (je vous laisse avec vos interrogations concernant ce lieu de vie). 

Le tout en parallèle de mon activité de photographe, commencée un an après le diplôme de make up en poche.

Pourquoi avoir arrêté le maquillage ?

Je vivais à Paris quand j’ai rencontré Nico, qui lui était calé au chaud dans le sud.

Ça faisait un moment qu’on vivait le truc à distance, avec une certitude, quand on fera notre vie à deux, on ne la construira pas à Paris. En attendant, je n’étais pas prête à décoller, j’avais un appart trop cool à Montmartre (28m2, 850 euros, trop cool haha !) et j’avais du taf à peu près régulièrement. Quand tu es freelance à Paris, c’est un peu tout ce qui compte hein, l’appart et le taf.

Mais un jour j’apprends que la douce d’une connaissance est décédée. Quelqu’un de mon âge avait perdu sa moitié. Ça m’a foutu une claque. J’étais sur mon lit, je pensais à ce gars et je pensais à Nico. Je pensais à ce gars qui donnerait sans doute n’importe quoi pour revoir encore sa belle et je pensais à Nico que je pouvais encore voir si je décidais de le voir.

C’est à ce moment que j’ai tout bousculé les jours qui ont suivi. Pas physiquement ni matériellement, mais dans ma tête. Il était temps de se poser les vraies questions et surtout d’être honnête dans mes réponses.

Braxton Family Values question bfv braxton family values tamar

Est-ce que j’ai envie de passer encore plus de temps loin de Nico ? Est-ce que je suis heureuse dans ce que je fais ? Est-ce que j’ai vraiment la vie que je me suis souhaitée ? De quoi j’ai vraiment envie ?

La réponse à la première question était évidente mais je ne voulais pas qu’elle guide mes actes. Si mes décisions se limitaient à cette première réponse, sans me demander ce que je voulais pour moi et juste moi, je prenais le risque de les regretter.

Est-ce que je suis heureuse dans ce que je fais ?

Je suis toujours trop contente de créer mes images. Mon boulot de photographe, ça, c’était le point bonheur indiscutable. 

Côté maquillage, ça faisait des plombes que je me plaignais. Pour quelqu’un qui avait fait de sa passion un de ses métiers c’est quand même bien couillon d’en arriver au point où le seul plaisir réside dans le coup de fil qui propose un nouveau taf et t’annonce le montant des biffetons.

La vérité c’est qu’en 10 ans on a le temps de voir sous les paillettes…

Est-ce que j’ai vraiment la vie que je me suis souhaitée ?

Ô suspens de malade.

no viola davis emotions black girls actions

De quoi j’ai vraiment envie ?

C’est tellement con de banalité mais j’avais envie d’une vie plus simple, plus douce.

Et puis j’ai réalisé qu’au fond j’étais plus photographe que maquilleuse. J’ai toujours considéré la photo comme ma bulle, il était temps d’y retourner pleinement !

En fait les réponses n’ont pas été compliquées à trouver. Ce qui a été difficile, c’est de trouver la force de mettre l’égo et le qu’en dira-t-on de côté. Parce que l’ennui, dans un milieu où quand tu arrêtes, on pense et on crie sur les toits que tu as raté ta vie, c’est dur de faire le choix de quitter.

Heureusement, avec le temps, il m’arrive d’avoir un éclair de lucidité qui s’appelle « qu’est-ce qu’on en a à branler ?« .

Et donc ?

Et donc il y a un an et demi, je me suis enfin bougée le cul ! J’ai arrêté le maquillage, j’ai galoché la photo, j’ai déménagé et j’ai retrouvé Nico ! On est pas bien là !?

Et…

Je n’avais pas du tout prévu de vous raconter tout ça. Je voulais juste vous parler de make up. Je voulais causer de ce qui m’en a éloigné et de ce qui m’en éloigne dans la vraie vie. Ouais je me suis carrément égarée ! Mais on s’en branle 😉

Élégance et poésie !

clemence poesy fleur delacour

Ça vous a plu ? Faites faire le tour du monde à cet article ! (rien que ça, oui)
↓ Vous pouvez aussi nous laisser un commentaire ! (ça nous fera grave plaisir)

Vous aimerez aussi...

63 réponses

  1. Joli moment de confession 🙂
    Il arrive toujours un moment dans la vie (un choc en l’occurrence) qui nous fait tout mettre en perspective….
    Et faire le choix du cœur et des tripes 😉
    C’est l’accident de mon chéri qui m’a fait relativiser beaucoup de choses, et faire un break avec le boulot. Sans aucun regret.

    • Nadia dit :

      Hey !
      Contente de te lire !
      Et merci 🙂
      C’est vrai que c’est souvent une gifle qui nous remet les idées en place et qui nous fait agir de la plus sincère des manières avec nous mêmes…
      Comme toi, sans aucun regret !

  2. MOMEUH dit :

    Oui faire des choix dans la vie c’est pas facile je confirme .
    Critiquer..Juger…c’est trop facile ..
    MAIS changer sa vie c’est beaucoup de questions et surtout une confiance en soi
    Bravo ma fille je suis fière de toi et surtout de la force que tu as pour assumer toutes les situations
    Cela me touche beaucoup BISOUS

  3. MOMEUH dit :

    La gifle je l’ai eût aujourd’hui ..
    Et comme toi ma fille sans aucun regret avec tous les bons et les mauvais souvenirs ..
    On avance ..on avance ..on avance bisous

  4. Vaness dit :

    Bon alors comment dire ? Ca ne peut que m’interroger, cet article 😉
    Bien qu’en ce qui me concerne les choses en sont encore aux prémisses et que mon taff me plaît… Et que j’ai un mini « boulet » à prendre en considération
    Mais c’est évident, tout est choix, et il faut bien poser les questions pour y trouver des réponses

  5. Audrey dit :

    Eh bien meme si je ne fais pas le meme metier (marketing pour moi) je me retrouve parfaitement dans ton article 🙂

  6. Je comprends tout à fait ce besoin de se recentrer sur ce qui compte… et je pense que ça fait aussi partie du fait de « vieillir ». Quand j’étais ado je rêvais de travailler dans le show-biz pour découvrir les coulisses des concerts, etc. J’ai accédé à ce milieu, j’y ai vécu plein de choses géniales (contrairement à toi avec le maquillage FX, je n’ai pas eu de vraie désillusion) mais un jour, j’ai réalisé que j’en avais un peu fait le tour.

    • Nadia dit :

      J’ai l’impression qu’on est nombreux à revenir de ces milieux artistiques !
      Et tu as raison, ça fait partie du fait de vieillir aussi, les envies et les chemins qu’on a envie d’emprunter évoluent avec le temps..

  7. La malice dit :

    Une jolie histoire, une belle confidence, une douce histoire de la vie.
    C’est cool que tu es eu le courage de quitter ce qui ne te rendait pas vraiment heureuse, beaucoup de personnes n’ont pas ce courage, pour plonger dans une vie qui te plaisait plus. Bravo Et pleins de bonne chose pour la suite 😀

    • Nadia dit :

      Merci Alice !
      Il est dur à trouver ce courage parfois ! Mais comme pour beaucoup de choses je crois, une seule seconde de courage peut parfois faire la différence !
      Encore merci ! :*

  8. Bien heureuse de voir que tu t’es égarée 😉 Merci pour ces confidences très inspirantes. La vie est courte et il faut en profiter.

  9. Cid dit :

    « Et puis j’ai réalisé qu’au fond j’étais plus photographe que maquilleuse. » Je t’ai toujours vue plus comme photographe depuis les 20 ans (!) que je te connais… Tu aurais dû me demander. 😉
    Comme tu dis, article en tangente improvisée mais plein de sincérité. Un plaisir à lire – et à méditer. Après tout : « Choose a job you love, and you will never have to work a day in your life. » Confucius

  10. Déjà lu, jamais commenté.
    C’est bien ce concours, ça oblige ça laisser une trace plutôt que juste lire et fermer.

    J’étais ravie d’en apprendre plus sur la jeune photographe rencontrée à Paris à un vernissage.

  11. airzebeth dit :

    Bon, j’aurai bien vu ton article finir par un petit tutotal sur les bases paupières quand même, c’est la frustration intégrale 😉

  12. Emy Bertaux dit :

    Wow ! J’ai adoré cet article ! Je ne savais pas du tout qu’à la base tu étais dans le makeup !
    Je crois qu’on a tous besoin d’un choc pour savoir prendre sa vie en main ! Moi aussi j’ai quitté Paris, alors je te comprend très bien, je me sens mieux depuis que je vis loin de la capital !
    Je te fais pleins de bisous ma belle.
    Bonne année à toi ♥

    • Nadia dit :

      Merci Emy !
      Eh oui c’est par le make up que tout a commencé !
      On est bien mieux loin de cette grande ville, c’est clair ! J’ai même un peu de mal à y retourner quand je dois y refaire un saut… Bon ça me permet finalement d’apprécier à chaque fois un peu plus mes nouvelles conditions de vie 😀
      Bonne année jolie Emy !

  13. Très jolie confession et jolie prise de conscience également, c’est vrai que ça fait réfléchir !
    Bonne année à toi 🙂

  14. Comme quoi, de « petites » décision mènent à de grandes choses dans la vie. Contente que tu sois maintenant pleinement heureuse, et la maquillage reste une de tes compétences 🙂

    • Nadia dit :

      Eh oui on dirait qu’il y a des effets boule de neige parfois !
      Et pour le maquillage oui ça peut toujours m’être utile dans mon activité !

  15. Je suis un peu Dans le même cas que toi, ou je suis en train de finir ma Formation Dans Emploi formation Et insertion pour pouvoir me consacrer à ma passion 🙂

  16. Ena dit :

    Merci de partager cette jolie part de toi 🙂 J’ai vécu aussi un moment difficile dans ma vie qui m’a fait me poser certaines questions…Je pense qu’il faut tout faire pour ne pas se laisser flétrir à l’intérieur et vivre le plus de moments de bonheur possible, ça implique souvent les gens qu’on aime bien sûr et un taf dans lequel on s’épanouit. Pas forcément facile à mettre en place mais j’aime à croire qu’une fois les décisions prises « dans notre coeur », les choses se mettent en place (parce qu’on les provoque au lieu de saborder nos chances inconsciemment)

  17. July Fit dit :

    Très sympathique témoignage ! Et bravo pour cette prise de conscience. C’est comme cela que l’on avance !
    Sans expérience, pas de prise de recul, pas de remise en question et du coup, et bien nous n’évoluons pas.

    C’est bien que tu réussisses à prendre du recul sur les choses, et avancer ainsi. Ce n’est pas donné à tout le monde. Certaines personnes n’osent pas se remettre en question. Et je trouve ce la dommage. On n’a rien sans rien, il faut savoir s’auto-analyser et s’auto-critiquer !

    • Nadia dit :

      Merci July ! Je crois être honnête avec les autres alors j’essaie le plus souvent de l’être aussi envers moi-même ! Pas facile tout le temps mais toujours positif 😉

  18. Marion dit :

    La remise en question et le recul sur sa propre vie sont de bonnes choses. La vie est trop courte pour la regarder filer 😉

  19. Aimy G. dit :

    Joli parcours ! Ton article est très intéressant à lire, et c’est vrai que le plus important est d’écouter nos envies 😉 Un à qu’une vie alors autant faire des choses qui nous rendent heureux !

  20. Tu as telllement raison, il est important de faire aussi de choses qui nous plaisent. moi aussi, au début, j’étais passionnée je ne le sis plus, ils erait peut-être temps aussi pour moi. Affaire à suivre…

    • Nadia dit :

      C’est triste quand une passion n’est plus ou moins… Je ne peux que te conseiller d’écouter ce qu’il y a au fond de toi !

  21. Claire dit :

    Tu as été courageuse de tout changer et c’était une très bonne décision ! Quand on est plus bien dans ce que l’on fait, il faut changer. La vie est longue, on a le temps de changer et de tout recommencer. Le plus important c’est le bonheur 🙂

  22. discoveRin dit :

    Ahaha j’adore toujours autant ta plume !
    J’ai bien aimé le gif de Clémence Poésy à la fin #humour !
    En tout cas tu as bien eu raison de vivre ta vie comme tu l’entendais, sans attendre du jugement des autres. C’est clair que ça doit être dur de quitter un milieu dans lequel on est depuis dix ans mais parfois changer d’air c’est pas plus mal ! La vie est pleine de surprises et d’expériences, mais aussi de risques, que tu as su prendre ! J’approuve et j’espère que ta vie actuelle te plaît 🙂

  23. Laura dit :

    Comme quoi la vie est pleine de surprise: maquillage/photographe mais le principal c’est que tu sois bien dans tes baskets et contente de ce que tu fais de ta vie. Si c’est pas le cas, il est encore tant de changer. J’ai une connaissance qui à 50 ans est devenue assistante vétérinaire après 30 ans dans l’enseignement. Donc oui, c’est dur de quitter un métier que tu faisais depuis longtemps mais ce n’est pas une fin en soi. Qui sait, d’ici 10 ans tu seras peut être de retour sur le maquillage ?
    Bisous
    Laura

    • Nadia dit :

      Il est toujours temps de changer c’est ça ! Le pire c’est que j’ai un symbole tatoué qui dit « il est temps de tout » pour ne pas oublier et je l’avais oublié… Mais je sais maintenant que si j’ai encore envie de bouger, je bougerai encore !

  24. Salomé dit :

    Hey ! C’est clair qu’on ne s’attend pas à ça vu le titre de ton article, mais c’est super touchant et c’est cool d’en apprendre plus sur toi ! Il me semble que tu avais fait un article sur le maquillage, ton rapport avec ça et au final c’est logique que tu te définisse comme photographe avant tout maintenant 🙂 Pour ce qui est du maquillage fx, je ne pensais pas que ça soit aussi hard… D’un coup je me suis dit que c’était moins chouette… Pourquoi aller directement sur les lieux et pas simplement observer des photos ou avoir un prof qui te dit comment faire…

    Bel article !

    Bisous !

    • Nadia dit :

      Oui c’était celui-là ! http://www.monkeydose.com/pourquoi-arreter-maquillage/
      C’est initialement lui que j’avais prévu d’écrire ici, comme quoi j’ai bien dérapé !
      Fx c’est vraiment très particulier, je ne m’en étais pas rendue compte… Et même les photos c’est horrible… L’intervenant nous avait un jour ramené un bouquin sur les maladies de peau, crois-moi, même ça tu n’en veux pas ! 😀

  25. Cela confirme ma croyance que tout arrive pour une raison. Meme si on ne comprends pas tout de suite, la vie est faite de moments décisifs qui bifurquent dans notre tête (c’est comme ça que je l’imagine dans la mienne lol) mais ils arrivent toujours à nous faire prendre conscience de faire une pause et de réfléchir à la base de ce que l’on veut. Parfois c’est tellement relou et t’aimerais bien juste qu’on te donne un apercu dans le futur pour savoir si c’était la bonne mais au final, c’est toujours la bonne!

  26. lucy dit :

    Bravo, tellement mieux de vivre la vie que l’on se choisit !

  27. Clémentine dit :

    C’est parfois compliqué de quitter ce que l’on croit être fait pour nous, on a peur de ce que les gens et nos proches vont penser. Mais après tout, c’est nos vies alors autant être heureuses à 100%. Tu as fais le bon choix, si c’est celui qui te convient :).

  28. Visiter les morgues, rien que pour cela j’aurai lâché l’affaire ! des choix pas toujours facile à faire mais qu’est ce qu’on est mieux après ! Et puis on a qu’une vie alors autant faire un job qu’on aime !

  29. Véronique dit :

    Moi aussi j’ai complètement changé de « branche », comme on dit. Comme toi, j’ai été confrontée à l’opinion des autres… Jusqu’à ce que je réalise que ce n’est pas leur vie mais la mienne. C’est moi qui se lève chaque matin pour la vivre et je vais en faire ce que, moi, j’ai envie. On m’a dit que j’étais courageuse de changer de vie, j’ai répondu que c’est pas du courage, je veux simplement être heureuse. Comme tout le monde, finalement.

    • Nadia dit :

      C’est couillon mais c’est vrai qu’il faut une vraie prise de conscience détachée des autres… Ça devrait être logique ce « je fais ce que je veux » mais il est à travailler !
      Et il faut un peu de courage pour choisir d’être heureux 😉

  30. Oui ce sont souvent des petits choses qui nous font prendre de grandes décisions. Parfois il suffit d’une idée, d’une parole, d’un événement et on prend conscience qu’il faut aller de l’avant. Je me dis toujours au pire si c’était le mauvais choix et bien je le saurai au moins et je pourrai en faire un autre. Et c’est le bon c’est que du bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *