Vos 20 ans : argent, gloire et beauté

Voici le TOME 3 de VOS 20 ANS ! Si vous avez manqué les éditions précédentes, les voici !

Pour lire l’introduction et le pourquoi de ces articles participatifs c’est par ☞ ici !

Vos vingt ans : sexe, travail et écologie / www.monkeydose.com

Cliquez sur l’image pour lire l’article !

Illustration de couverture article de blog "Vos 20 ans : amour, alimentation et technologie"

Cliquez sur l’image pour lire l’article !

 

 

 

 

 

 

Pour les thèmes d’aujourd’hui, merci à ☞ Clémentine, ☞ Aurore, ☞ Lorine, ☞ Camille, ☞ Marine, ☞ Christel, ☞ Virginie, ☞ Audrey, Alice, ☞ Ines, ☞ Alicia, ☞ Clara, ☞ Lauriane, ☞ Juliette, ☞ Alexandra, ☞Preslava et double merci à ☞ Marion sans qui les correspondances auraient été impossibles !


 L’ARGENT

 

J’ai toujours été une flippette du manque d’argent, à plus ou moins grandes angoisses, mais ça ne m’a pas empêché d’embrasser la vie de freelance, celle qui te garantit que la sécurité tu te la cales dans la nuque et ta retraite sous le talon.

Gif of Madelaine Petsch applause

Je ne rêve pas d’être méga blindée de thunes, c’était la même à 20 ans je crois. J’en souhaite juste assez pour ne pas trop m’en préoccuper. Je me considère chanceuse quand j’ai de quoi ne pas avoir besoin de me poser la question 12 fois « est-ce que je peux me le permettre ?«  

Je ne cracherais pas sur une explosion de biffetons parce que ça simplifie quand même le bordel que d’être tranquilles avec ça, et qu’en plus, on peut quand même faire plein de choses avec (comme enfoncer les portes ouvertes), mais je ne cours pas après la grande fortune.

 


Ce que j’imagine


J’ai connu tellement de variantes en terme de besoins et de rêveries financières chez les autres que je n’arrive pas vraiment à dresser une idée précise de ce que j’imagine des vingtaines d’aujourd’hui face à l’argent ! Est-ce qu’ils rêvent d’opulence ? Est-ce que ça les angoisse ? Est-ce qu’ils vivent au jour le jour ? 


Ce qu’elles m’en disent !


Quel rapport avez-vous à l’argent ?

L’argent n’est pas une priorité pour moi. Certes c’est plutôt utile, on est d’accord, mais je n’ai pas besoin de milliers d’euros pour faire ce que je veux. Je viens de me lancer en freelance, je gagne peu pour le moment (600€/mois) et même si je dois faire attention à mon budget, je n’ai pas l’impression de me priver pour autant. L’argent ne fais pas le bonheur comme on dit ! Clémentine, 24 ans

Je dirais que j’ai un rapport raisonné à l’argent car je connais sa valeur. Aurore, 26 ans

J’ai un rapport étrange avec l’argent. J’aime beaucoup faire plaisir à mes proches et me faire plaisir de temps en temps mais sur des gros trucs (voyage par exemple) qui imposent une perte d’argent directe. Par contre je n’aime pas dépenser un peu tous les jours. Je préfère garder mon argent pour des choses plus marquantes. Je n’aime pas non plus être sous un certain seuil sur mon compte en banque, je fais hyper attention à ça. Lorine, 18 ans

Mon rapport à l’argent peut être compliqué. J’ai grandi dans une famille qui ne roule pas sur l’or mais mes études nécessitent que je fréquente des gens en général plus aisés. Il est parfois difficile de ne pas pouvoir faire autant de choses que les gens que vous fréquentez. J’essaie de ne pas y attacher trop d’importance. Camille, 22 ans

Je suis économe, parfois à outrance. J’ai grandi dans une famille qui, sans forcément galérer, n’était pas non plus aisée. J’ai appris à reconnaître la valeur des choses, et de l’argent qu’on y porte, très tôt, grâce à mon papa. Je suis très prudente et même si je suis « large », j’ai tendance à économiser instinctivement sur les choses du quotidien (courses, repas) pour pouvoir me faire plaisir. Mon rapport à l’argent est parfois biaisé, je considère cher ce que d’autres trouveront bon marché. Marine, 24 ans

À quel(s) sentiments(s) associez-vous l’argent ?

On est quand même dépendant de l’argent pour vivre donc je dirais un sentiment de préoccupation. Aurore, 26 ans 

La peur. Christel, 25 ans

Honnêtement aucun. L’argent est utile et indispensable, mais c’est tout. Virginie, 22 ans

Je n’ai tellement pas d’argent que j’y sacrifie parfois des problèmes de santé. Pour moi, l’argent, c’est l’anxiété et le chaos. Audrey, 22 ans

L’argent est pour moi source de conflits donc je dirais la peur ou la colère. Marine, 24 ans

Le sentiment de bien-être. Car on peut payer le loyer, faire ses courses, vivre normalement. La vie est plus sereine si on ne compte pas chaque centime. Alice, 23 ans

À la fois de bien-être et de stress. Ines, 24 ans

L’argent m’inspire en premier un sentiment de nécessité, pour pouvoir assouvir mes besoins primaires comme manger, boire, me loger etc.
Mais l’argent m’inspire aussi les inégalités, la jalousie, la privation ou encore la peur et le manque.
C’est très frustrant d’avoir toujours à compter sur l’argent pour pouvoir vivre sa vie comme on le souhaite. Alicia, 19 ans

 

Êtes-vous plutôt cigale ou fourmi ?

Je suis plutôt fourmi que cigale. Je préfère prévenir que de manquer si un besoin important arrive. Je ne me verrais pas dépenser des sommes astronomiques dans des objets hors de prix. Aurore, 26 ans

En ce moment plutôt fourmi même si je continue à me faire plaisir autant que je peux. Je fais juste beaucoup plus attention à mon budget maintenant que je ne vis plus chez papa et maman et que je dois payer les factures. Clémentine, 24 ans

Ma famille me considère comme un panier percé ! Virginie, 22 ans

Une petite fourmi à période cigale ! Lorine, 18 ans

Cigale, malheureusement ! J’espère que cela va changer, j’ai peur d’avoir de mauvaises surprises si je ne me transforme pas en fourmi. Ines, 24 ans

 

Que pensez-vous des crédits ?

Avec mon amoureux on a un but dans la vie : ne jamais demander de l’argent à la banque ! J’ai vu mes parents galérer avec des crédits et je ne veux vraiment pas de ça. Si je peux faire autrement en économisant ou en revoyant mes besoins à la baisse, je le ferai. Clémentine, 24 ans

Je pense qu’ils sont utilisés trop souvent. Pour ma part, si je n’ai pas l’argent pour quelque chose, soit je le veux vraiment et j’économise, soit j’y renonce. Les seuls crédits que j’accepterais de faire ce serait pour l’investissement d’une maison et rien d’autre. Christel, 25 ans

Ils sont un vrai gouffre quand on y prend goût et on peut entrer dans un cercle sans fin. La majorité des causes de surendettement sont les crédits à tout va. Pour avoir vu des gens dans des situations pas possibles à cause de crédits revolving, ça ne me donne pas du tout envie. Aurore, 26 ans

Je trouve cela utile pour les gros investissements de biens mais en dehors de cela c’est juste pousser les gens à s’endetter et à se tourner les pouces. Plutôt que d’amasser soi-même l’argent nécessaire grâce à ses économies et son travail, on se réfère à la banque et on sera redevable toute notre vie… Ça aide, c’est clair, mais personnellement, je ne me sens pas tentée par un crédit. Si je ne peux pas, je ne peux pas ! Marine, 24 ans

Autant que possible, j’aimerais éviter de recourir à un crédit, excepté pour financer mon logement (donc un investissement conséquent et indispensable). Je ne peux pas être sereine en m’endettant, et donc en étant dépendante d’un agent externe. Clara, 18 ans

Nous en avons deux, un pour notre maison, que nous avons eu du mal à obtenir, et un pour notre mariage. Pour des investissements type maison je suis d’accord, mais pour ce qui est des crédits à la consommation je ne suis pas d’accord. Si on n’a pas l’argent pour une télé, on ne l’achète pas ! Lauriane, 25 ans

Ça peut aider mais il faut savoir rester raisonnable. Les crédits pour acheter une maison, ouvrir son entreprise, payer une école pour des études … c’est raisonnable. Les crédits pour une télé ou un ordinateur,  ce n’est pas raisonnable. Audrey, 22 ans

 

Savez-vous gérer votre budget ?

Quand j’ai commencé à travailler, j’étais chez papa et maman alors mon budget je n’y faisais pas vraiment attention. C’était freeeee ! Et puis j’ai eu mon chez moi, des factures à payer avec un petit salaire, alors aujourd’hui mon budget je le gère, plus le choix. Et je n’ai jamais été à découvert encore ! Clémentine, 24 ans
Difficilement. J’y fais attention, parce que j’ai des obligations (le loyer, la nourriture etc) mais j’ai parfois de gros craquages ! Virginie, 22 ans
Oui, je suis vraiment très regardante sur ce point là. J’ai trop vu mes proches galérer à cause de soucis d’argent alors je fais très attention. Lorine, 18 ans
J’avoue que j’ai du mal a gérer mon budget. J’ai une tendance aux achats compulsifs. Je suis un peu comme ☞ Becky Bloomwood. Enfin sans les dettes ! Juliette, 24 ans
 …
Oui, mes parents m’ont appris à ne pas trop dépenser et à prévoir. Quelques fois je dois me mettre un coup de 37 au fesses mais je fais chaque mois un budget avec excel et je sais ce que je peux dépenser et mettre de côté. Alice, 23 ans
 …
Oui totalement. Je fait très attention à mon budget. J’ai un carnet de compte. Avant le début du mois je me fais une simulation des dépenses avec mes frais fixes et ce qui va rentrer. Sur le total qui reste à la fin, je définis un budget pour mes rendez vous médicaux, l’essence, mes loisirs etc. Tout au long du mois, je me fait un listing de dépenses pour être sûre de ne jamais être à découvert. A la fin du mois, s’il me reste un peu d’argent, je mets de côté sur un autre compte. Donc même si c’est un gros casse tête, je dirais que je ne m’en sors pas trop mal. Audrey, 22 ans

 

Quel rapport y’a-t-il entre l’argent et votre bonheur ?

L’argent est un moyen d’obtenir certaines choses qui font mon bonheur, comme des places de concert ou des vacances, mais il ne fait en rien mon bonheur. Tant que j’ai assez de sous pour manger, avoir un toit et de quoi me faire plaisir, ça me suffit. Je n’ai jamais vu l’argent comment étant un élément essentiel du bonheur. Clémentine, 24 ans
C’est un bonus. Évidemment, l’argent me permet de vivre, mais il me permet aussi d’être heureuse en partant en vacances, en faisant un bel achat à ma famille etc. Sans argent, la vie serait très monotone. Virginie, 22 ans
… 
Je pense qu’il n’y a pas forcément de rapport. Quand on voit qu’il y en a plein qui n’ont rien et qui sont heureux malgré tout… C’est notre société qui nous pousse à croire que les deux sont liés mais pour moi ce n’est pas le cas. L’argent est utile mais pas indispensable pour être heureux. Aurore, 26 ans
 
C’est un plus mais ça ne m’apporte pas directement le bonheur. Les choses que je peux m’offrir grâce à cet argent vont m’aider dans ma vie, mais mon bonheur principal c’est d’être en bonne santé, avoir ma famille mes amis et mon chéri à mes côtés. L’argent me permet d’avoir un toit, de voyager, de m’offrir des petits plaisirs donc il y contribue indirectement, mais ce n’est pas une finalité. Marine, 24 ans
Je suis divisée. D’un côté je me persuade que l’argent ne fait pas le bonheur, que celui-ci se trouve dans les moments avec nos proches et dans mes passions comme le voyage. Sauf que, pour voyager, il faut de l’argent. Et j’avoue que, si j’ai fait une école de commerce, c’est que malgré moi, je suis appâtée par le gain. J’ai envie de vivre convenablement, sans privation. J’ai envie de pouvoir offrir une scolarité à mes (futurs) enfants, qu’ils puissent avoir le choix de l’école qui veulent faire. Alexandra, 24 ans
On dit toujours que l’argent ne fait pas le bonheur mais qu’il y contribue. Et c’est vrai ! J’ai un emploi saisonnier et les mois creux, la vie est dure ! Même si ce n’est pas la première raison de mon bonheur, quand j’ai un salaire régulier je vis plus sereinement et je peux me faire plaisir. Alice, 23 ans

Votre dernier achat était-il un besoin ou un désir ?

C’était un besoin pour mon blog (manière subtile de justifier un désir!) Virginie, 22 ans
Mon dernier achat était un besoin. C’était des médicaments. Aurore, 26 ans
 
C’était le nom de domaine pour mon site pro, donc plutôt un besoin (bon j’ai aussi pris l’apéro en terrasse et j’ai acheté des clopes entre temps). Clémentine, 24 ans
 
Mon dernier achat était un besoin, c’était des croquettes pour mon chat. Il faut bien qu’il mange le pauvre ! Lorine, 18 ans
 
Des médicaments, donc clairement plus un besoin qu’un désir ! Camille, 22 ans 
Mon dernier achat était un besoin. On était en ville avec des copines et à cause d’une mauvaise indication de la compagnie des bus pour leur arrêt temporaire, on a manqué le dernier et on a dû rentrer en taxi. Marine, 24 ans

 

LA GLOIRE

 

J’ai rêvé de gloire parfois, parce que je pensais qu’être connu équivalait à être reconnu. Puis j’imaginais que tout devait être plus simple avec un nom. Et un jour, tu retires tes veuchs de Candy et tu réalises que la célébrité ne veut rien dire, qu’elle ne découle pas fatalement d’un talent, que la médaille a un revers, et surtout, qu’en fait, tu t’en branles.

Gof Bob don't give a fuck


Ce que j’imagine


Il paraît que petite je répétais à ma mère qu’un jour je serai connue. Ayant grandi dans un petit village de campagne et ayant découvert le vrai monde que très tardivement, je me suis toujours demandée d’où j’avais pu me coller cette réflexion dans le carafon. 

Aujourd’hui, j’imagine qu’il est facile de se la greffer au caillou. On nous prouve tous les jours qu’on peut être célèbre avec rien, et surtout, qu’on peut vivre de ce vide. J’imagine que ça doit coller des idées. Mais je n’imagine pas une vingtaine aspirée par ce vide, j’imagine plutôt une vingtaine profitant des failles de ce schéma !


Ce qu’elles m’en disent !


Si vous aviez le choix, aimeriez-vous être anonyme ou célèbre ? Pourquoi ?

Je préférerais être célèbre, mais surtout pour avoir de multiples possibilités et vivre de ma passion ! Virginie, 22 ans
Plutôt anonyme pour la tranquillité ! Ce n’est pas de tout repos d’être célèbre, d’avoir tous les regards posés sur soi, de devoir être « irréprochable » et d’être critiqué dès qu’on fait un pas de travers. La célébrité a ses avantages aussi mais l’anonymat me plaît bien. Aurore, 26 ans
J’aime être reconnue pour mon boulot, sans pour autant être célèbre : rester anonyme tout en sachant que les personnes qui bossent dans mon domaine ont connaissance de mes compétences et de mon expertise. Clémentine, 24 ans
J’aimerais être célèbre mais de façon anonyme ! Je pense notamment à certaines blogueuses qui ne montrent pas leur visage. Ça leur permet de vivre plein d’expériences tout en gardant un peu de tranquillité. Lorine, 18 ans
J’aimerais être anonyme dans la rue, mais reconnue par mes pairs. Juliette, 24 ans
C’est délicat. J’aimerais être reconnue pour mon travail. Voulant être écrivain, il vaut mieux pour moi que je sois « célèbre » si j’espère que mon livre soit lu mais je n’irais pas jusqu’à dire célèbre à l’image des stars hollywoodiennes. J’aimerais être reconnue pour le travail que je fais sans être constamment épiée et jugée sur chacun de mes actes. Marine, 24 ans

 

Pensez-vous qu’il existe encore de vraies « stars » ? Lesquelles ?

J’ai beaucoup d’admiration pour les acteurs et les chanteurs. Mine de rien, certains ont un talent fou ! Après, je trouve dommage que les médecins qui vous sauvent la vie (ou les infirmières d’ailleurs !) ne touchent pas un dixième du salaire d’une « star ». Virginie, 22 ans
Il faudrait s’accorder sur la définition de « stars ». Je pense à de grandes personnalités, Line Renaud par exemple comme star de la télé. Mais comme dit Virginie, les infirmiers et médecins mériteraient tout autant d’être sur le devant de la scène. Je pense au ☞ Professeur Montagnier, prix Nobel de médecine, co-découvreur du virus du Sida. Si c’est pas être une star ça ! Aurore, 26 ans
La définition de « star » est un peu floue. Aujourd’hui, toutes les personnes qui ont un peu de visibilité sont des stars (comme ☞ Enjoyphoenix ou autres youtubeuses ‘star’). Mais pour moi, ça n’en fait pas des « stars ». J’ai beaucoup de mal avec ce terme. Clémentine, 24 ans
J’ai toujours eu du mal avec ce terme, je lui préfère artiste. J’apprécie les gens qui vivent de leur passion et de leur talent en restant modestes et humbles. Mais je trouve qu’on met plus en avant les chanteurs, acteurs, sportifs, que les personnes qui aident au développement personnel et à la vie en général. Les filles parlaient des médecins, moi je voudrais dire que les enseignants sont mal reconnus alors qu’ils transmettent le savoir et l’éducation, et se donnent à fond pour que plus tard vos (et leurs) enfants réussissent dans la vie. Il y a plein de métiers dans l’ombre qui mériteraient d’être « stars » ! Marine, 24 ans
Les « vraies stars » sont celles dont la carrière existe depuis un certain temps, et qui, par leurs actions et leurs engagements, contribuent à rendre la société plus belle. Mais je n’aime pas trop le terme « star » ou « célébrité ». Tout le monde peut en devenir une désormais avec Youtube et Instagram. Je préfère le terme artiste qui est bien plus profond. Ines, 24 ans
Une vraie star , c’est une personne capable de faire durer son succès à travers les générations ou qui marque une époque. Je pense qu’il existe encore de vraies stars, comme Jonny Depp, Beyoncé etc. Les stars sont des personnes qui font rêver par leurs carrière. Mais je pense qu’il y a quelque chose de différent entre star et artiste. Les stars n’ont pas forcément d’éthique, de messages à faire passer, ou de réelles nouveautés à présenter et l’artiste, lui, n’est pas forcément connu, même si son travail est formidable et/ou plein de bon sens et de bonnes intentions. Audrey, 22 ans

Que pensez-vous des célébrités de télé-réalité ?

Hahahahahahaha. Voilà. Plus les années passent et plus les personnes qui passent dans les télé-réalité n’ont pas de cervelles. Au début c’était plutôt fun, maintenant c’est devenu navrant. Et dire que les jeunes les prennent pour modèles, aïe aïe. Clémentine, 24 ans
Je déteste ce genre démission, c’est complètement stupide et ils s’affichent tellement. Après ils ont tout compris à la vie, ils sont payés pour partir dans d’autres pays, faire des activités, créer le buzz. C’est le bon plan si on accepte de passer pour un idiot aux yeux de millions de gens. Lorine, 18 ans
Ce sont des célébrités éphémères et de seconde zone même si certains sortent du lot et vont après vers d’autres horizons. Je pense notamment à ☞ Caroline Receveur qui a su se servir de sa notoriété pour fonder sa marque de thé et se faire connaître en tant que blogueuse et instagrameuse. Mais beaucoup cherchent à rester sous les projecteurs en faisant des scandales, d’autres télé réalités, des sorties en boites… Je ne pense pas que se soit une bonne célébrité. Aujourd’hui ils véhiculent une mauvaise image : chirurgie à gogo, conduite irrespectueuse, insultes etc. Juliette, 24 ans
Ca dépend des pays ! Celles dont on est abreuvées en France et aux États-Unis me font vomir. C’est étaler la connerie des gens en public et les rendre encore plus ridicules. Une perte de temps. Depuis le début du mois, je regarde une télé-réalité japonaise, beaucoup plus sobre et sans artifices, et je me régale ! Cette télé-réalité aide vraiment les gens à mettre en valeur leurs talents et à les faire connaître. Marine, 24 ans
Ces personnes me fatiguent. J’ai du mal à les cerner car je ne sais pas si elles sont réellement stupides ou si leur image est volontairement exagérée. Je trouve cela triste que des enfants prennent ces personnes en exemple. Cela donne une bien triste image de la vie, et une piètre valeur au travail. Ines, 24 ans
Je n’en pense trop rien. Ce sont des personnes qui gagnent leur vie en faisant des émissions de télé. Ils disent quelques conneries, montrent leurs fesses et leur torses pour amuser le public. Je trouve que ce n’est pas un travail très enrichissant au niveau de l’image qu’ils renvoient d’eux, mais ils doivent bien s’en moquer vu l’argent qu’il doivent toucher pour cela. Je pense aussi que ces personnes doivent avoir un caractère à toute épreuve pour supporter les critiques. Ils paraissent bêtes quand on les voit à la télé, mais je doute qu’ils soient réellement comme ça le reste du temps. Audrey, 22 ans

LA BEAUTÉ

 

Aussi loin que je m’en souvienne, la beauté m’a toujours fascinée. Des traits parfaits aux traits atypiques, la beauté a toujours eu un effet magnétique. Mais heureusement l’effet miroir ne m’a jamais complexée au point de ne pas m’aimer.

Gif girl relaxing and eating face to a mirror

J’ai envié des physiques et rêvé d’un peu plus de ci ou un peu moins de ça, mais au fond, ça n’a jamais sérieusement attaqué mon moral.


Ce que j’imagine


J’imagine qu’avec tout ce qu’on nous montre et tout ce qu’on nous vend aujourd’hui, ça doit être bien difficile de se sentir bien dans sa peau quand on a 20 ans ! On nous mets sous les yeux ce à quoi on devrait ressembler et la diversité est mise au placard. La femme ne semble pouvoir être belle qu’en 36 et le naturel ne semble pas toujours faire le poids face au ☞ countouring et au ☞ baking !


Ce qu’elles m’en disent !


Votre physique est-il important ?

Je suis le genre de personne qui n’accorde pas d’importance au physique des autres mais quand il s’agit du mien, oui ! Je ne suis pas du tout une fille superficielle mais j’aime avoir une bonne image de moi même. Preslava, 21 ans
Oui, ça m’aide à me sentir bien, à l’aise dans mon corps ! Virginie, 22 ans
Jusqu’à un certain point. Je pense que c’est la société qui nous pousse à croire que c’est important. Aurore, 26 ans
J’ai la tête que j’ai, j’ai été faite comme ça, je ne peux pas la changer, je l’accepte et je m’accepte. Je pense que le plus important n’est pas le physique mais notre vision de nous-même. On pourra être la plus belle pour quelqu’un, si on ne s’aime pas, on se sentira toujours moche. Clémentine, 24 ans
Oui, se sentir jolie/bien dans sa peau est très important pour moi. Ça aide à avoir confiance en soi. Lorine, 18 ans
Mon physique est important parce si je ne me sens pas bien dans ma peau, je n’arriverai pas à vivre ma vie pleinement. Pour ce qui est de l’avis des autres, certaines remarques peuvent me toucher et me blesser, mais dans ces cas là, je me rassure et je reprends le dessus en me disant que mes différences font qui je suis et j’en ressors grandie. Alicia, 19 ans
Je ne dirais pas que mon physique est d’une importance capitale pour moi, mais c’est malheureusement quelque chose de très important pour la société et les autres. Les gens qui ne prennent pas assez soin d’eux vont souvent être soumis au jugement ou au mépris. Camille, 22 ans
Je préfère être aimée pour ce que je suis à l’intérieur mais je suis tout de même quelqu’un qui cherche à prendre soin de son apparence. En revanche, je ne cherche pas à être ce que je ne suis pas et je prends soin de moi en écoutant mon corps. Marine, 24 ans
Mon physique est important. Je me traquasse souvent à propos de cela. J’essaie de faire du sport, de bien m’alimenter pour l’entretenir. Me sentir bien dans ma peau grâce à mon physique serait quelque chose qui me changerait la vie ! Audrey, 22 ans
  

Le physique des autres est-il important ?

Grande question ! J’avoue avoir déjà jugé des gens sur leur physique au premier regard (c’est mal je sais). Mais ça ne m’a jamais empêché de me lier d’amitié avec quelqu’un que j’avais mal jugé, donc je pense que j’ai tendance à me repentir ! Virginie, 22 ans
L’hygiène des autres est importante mais pas le physique ! Aurore, 26 ans
Pas du tout ! Je n’accorde aucune importance au physique des autres. Ce qui pourrait juste me repousser ce sont les odeurs corporelles mais le reste je n’y prête aucune attention. Preslava, 21 ans
Ce n’est pas vraiment ce qui m’importe pour parler et me lier avec quelqu’un. On est tous le moche de quelqu’un, non ? Et puis une fois que la personne m’est chère, le physique ne compte plus du tout. Clémentine, 24 ans
Pas du tout. Quoique… je vais moins vers les gens qu’on qualifie de « beaux » parce que je les qualifie de superficiel la plupart du temps. Lorine, 18 ans
Si ce sont mes amis ou ma famille, je m’en fiche totalement ! Chacun est comme il est et je m’attarde plutôt sur la personnalité des gens. Si la personne est belle à l’extérieur et pas fameuse à l’intérieur (ce qui arrive souvent), je vais partir en courant ! En revanche, en ce qui concerne l’amour, j’estime qu’il faut être un minimum attiré physiquement par une personne pour être à l’aise dans sa relation. Marine, 24 ans

Les beautés sur papier glacé ont-elles un impact sur vous ?

Malheureusement oui… J’aimerais parfois m’en détacher mais c’est dur. Je trouve qu’on se compare beaucoup aux mannequins des magazines. Heureusement, on tend à se diversifier ! Virginie, 22 ans
Personnellement non. Avant oui, mais plus maintenant. Quand on sait à quel point les photos sont retouchées et que les mannequins délaissent leur santé pour le paraître, ça me fait plus de la peine qu’autre chose. Aurore, 26 ans
Quand j’étais plus jeune et que je n’avais pas confiance en moi ou en mon physique oui. Et ça me faisait souffrir. Maintenant, je sais comment ça marche, je sais que la plupart des photos sont retouchées, que les postures prises sont flatteuses. Elles n’ont plus d’impact sur moi mais ça me rend triste de voir les plus jeunes (ou moins jeunes) se comparer. Ce n’est pas comme ça qu’on s’accepte. Clémentine, 24 ans
Un peu oui. Mais je suis dans le cas opposé aux cas habituels : je veux prendre des kilos. Je complexe beaucoup sur mes jambes alors je me compare souvent aux filles des magazines (certes photoshopées, mais jolies). Ça me motive pour me muscler. Preslava, 21 ans
Non, je sais qu’en général c’est du faux et j’ai suffisamment confiance en moi pour ne pas me comparer à des photos retouchées ou à des gens à qui je ne ressemble en rien, même avec tous les efforts du monde. Lorine, 18 ans
Je n’ai jamais été très influençable. Je trouve que certaines mannequins ont des visages intéressants, mais quand je les regarde, je me dis qu’elles doivent être photoshopées, maquillées à outrance et exposées à une lumière flatteuse. Camille, 22 ans
Pas spécialement. Je m’entends encore dire petite, « oh elle est trop belle je veux être comme elle ! » mais ça m’est passé en grandissant. J’ai appris à m’apprécier avec le corps que j’ai (même si je n’en suis pas encore satisfaite !). Il m’arrive quand même de temps en temps de me dire  » ah si j’étais comme elle « , et l’instant d’après je me souviens qu’elles sont photoshopées pour la plupart ou que les photographes jouent énormément avec la lumière et le meilleur profil de ces personnes. Marine, 24 ans

La beauté est-elle un critère de réussite ?

Non, mais je pense que ça peut aider ! Virginie, 22 ans
Pour certains patrons malheureusement oui. Ça peut être un petit coup de pouce pour obtenir des augmentations… Aurore, 26 ans
Dans notre société malheureusement oui. Une personne qui présente mieux aura plus de chances d’être embauchée qu’une autre. C’est de la discrimination. Perso, si un patron vient me faire des réflexions sur mon physique un jour, je claque la porte. Clémentine, 24 ans
Pour moi non, mais c’est dommage qu’on vive dans une société qui nous fait croire que oui, c’est un critère de réussite. Malheureusement, beaucoup de jeunes filles finissent par y croire. Preslava, 21 ans
Ça dépend du domaine. Si on regarde le monde de la télé je pense que ça compte énormément. Après, on ne réussit pas ses études parce qu’on est belle. Mais on m’a toujours dit que si un employeur a le choix entre deux personnes au parcours professionnel presque similiare, il préférera toujours prendre la plus jolie. Je pense que c’est vrai dans pas mal de cas. Lorine, 18 ans
De manière générale, je pense que ça aide. Une personne belle a plus de chance de se faire embaucher. Juliette, 24 ans
Dans les domaines visuels (mode, télévision etc) c’est hyper important. Dans la société en général, j’avais lu un article disant que les patrons choisissaient leurs candidats à la tête. C’est super discriminatoire ! Parfois il y a des gens très propres sur eux mais qui n’ont rien dans la caboche. Je trouve ça ridicule de choisir au physique. Marine, 24 ans

La beauté aide-t-elle à l’intégration ?

Je ne pense pas. J’ai en tête une fille au lycée très populaire, alors qu’elle était obèse et pas très belle, ni toujours impeccablement maquillée ou coiffée. Mais c’était une personne très souriante, amicale et charismatique. Impossible de la détester ! Virginie, 22 ans
 …
Je pense que ça aide pour les premiers pas, les gens se tournent peut-être plus facilement vers des personnes plutôt pas mal physiquement. Mais de là à être intégré juste pour son physique, non. On aura beau être belle, si le caractère est moche, ça ne passera pas pour s’intégrer à un groupe. Lorine, 18 ans
 …
Oh oui ! Les premiers contacts sont plus simples, on est sûrs de nous et les interlocuteurs sont avenants. Mais la personnalité est bien plus importante ! Alice, 23 ans
 …
C’est surtout la société qui veut ça ! Si on ne rentre pas dans le moule on est laissé de coté. Lauriane, 25 ans
… 
Cela ne fait pas tout mais je suis persuadée que oui. On va plus facilement vers les gens beaux et on fait plus facilement confiance aux gens que l’on trouve beaux. Ines, 24 ans
… 
La beauté permet de se sentir bien dans sa peau, d’avoir confiance en soi et d’avoir de l’assurance face aux autres. Que ce soit pour trouver un emploi ou se faire des amis, ce sont des qualités dont on a besoin. Donc oui, la beauté aide à l’intégration ! Audrey, 22 ans
 …
Très souvent, ça aide pour briser la glace car on va plus facilement vers les gens chez qui nous attirent physiquement un minimum. Mais au-delà du physique, il y a la personnalité ! Marine, 24 ans

Au Tome 4, (le dernier !), on causera santé, amitié et spiritualité !

Si vous avez entre 18 et 25 ans et que ça vous intéresse de participer en répondant à mes questions, rendez-vous ☞ ici !

 


lire le Tome 1 : Sexe, travail et écologie

lire le Tome 2 : Amour, alimentation et technologie


Ça vous a plu ? Faites faire le tour du monde à cet article ! (rien que ça, oui)
↓ Vous pouvez aussi nous laisser un commentaire ! (ça nous fera grave plaisir)

 

Vous aimerez aussi...

20 réponses

  1. CapricieuZe dit :

    J’aimerais rester anonyme mais j’aimerais être reconnue dans ce que je fais ^^
    Ton article est vraiment très chouette, c’est super sympa de voir tous ces différents point de vue
    Bisous :-*
    CapricieuZe

  2. Intéressants, ces témoignages !!!!
    Et je suis rassurée de voir que pour les crédits, je ne suis pas à côté de la plaque. J’ai l’impression que tout le monde ne jure que par ça, mais tes témoignages me prouvent que non 😉 Je ne comprends pas cette obsession des crédits.
    Pour la beauté, je suis d’accord avec Virginie. On n’est pas obligé d’être beau et bien sapé pour être populaire. La déléguée de ma classe de terminale correspondait à la fille que décrit Virginie, et elle était très populaire, toujours souriante… 🙂

  3. Je suis absolument fan de cette série !!! 😀 Bravo

  4. Très intéressant tous ces témoignages et les thèmes traités. Moi, j’aimerais rester anonyme pour éviter que mon look soit déccrypté à chaque fois dans les revues people et qu’on s’immisce dans ma vie privée. J’aimerais par contre que mon talent d’écriture soit reconnue, j’aimerais faire des conférences all over the world. 🙂

  5. Ena dit :

    Vraiment intéressant cet article, comme les 2 premiers volets d’ailleurs! Quand je lis ces jeunes femmes, j’ai l’impression qu’elles sont beaucoup plus réfléchies et sages que je ne l’étais à leur âge! Avec l’argent notamment…Purée, j’ai pas beaucoup évolué sur ce point, je suis une cigale, l’argent me brûle les doigts, des fois c’est dramatique 🙂 La célébrité ça m’attire pas, mais par contre la reconnaissance de mon travail, ça oui bien sûr! Quant à la beauté, elle prend tellement de visages et de formes différents, elle n’est que subjectivité alors…on sera toujours la belle de quelqu’un et la moche d’un autre 😉

    • Nadia dit :

      Mais tellement ! C’est fou de les lire si responsables ! À 20 ans je l’étais sur papier, j’avais mon appart depuis 2 ans, je bossais, mais dans les faits c’était quand même zéro orga et grosse merdasse 😀

  6. Noémie dit :

    Wow , cette série est super intéressante ! Je me suis surtout attardée en reflexion, sur la dernière partie et le fait d’être célèbre. J’avoue que souvent je me demande avec le blog ce que je recherche et si c’est pas extrêmement narcissique de ma part. Surtout qu’au début je bloguais anonymement. Je n’ai toujours pas de réponse mais les réponses qu’on t’a donné m’aide à réfléchir à la question.
    Chouette article.

    noémie xx

  7. malicia dit :

    ET là je viens d’avoir la chanson « à 20 ans » de Lorie dans la tête 🙂
    Pour ma part, à 20 ans, je ne rêvais pas de gloire, mais de beaut ça oui ! Et niveau argent, ça allait pas trop mal donc je me débrouillais aussi 🙂

  8. Aby Amélie dit :

    Merci pour ces témoignages…c’est vraiment chouette à lire <3

  9. Aby Amélie dit :

    Je crois qu’à 20 ans je rêvais de faire ce que je veux dans le boulot pour avoir de quoi vivre correctement et faire la fête avec mes amis. Le physique, la gloire, tout ça…ça ne m’a jamais attiré.

  10. JB dit :

    Salut Nadia pour la troisième fois ^^. Encore une fois bravo pour ton article.

    Je suis toujours étonné des point de vue des filles que tu a questionné. Elle ont toute une clairvoyance sur leur vie et on remarque dans leur réponse l’évolution de leur point de vue avec l’âge. Encore une fois des sujet sur lesquels je me questionne également donc ça me parles énormément.

    Encore bravo et j’attend le tome 4 pour le coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *